Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:16

Chers amis,

 

En cette fin d’été, nous avons souhaité faire le point avec vous sur les premières années de Girubuntu, avant de vous adresser cet  automne  le traditionnel appel à contribution pour la scolarité des élèves en 2014.

 41 élèves, 21 filles et 20 garçons, ont été aidés en totalité ou pour les seules fournitures par Girubuntu depuis l’année scolaire 2007. Aujourd’hui 23 élèves sont actuellement scolarisés et travaillent avec des résultats très honorables ; qu’en est-il des autres ?

  3 élèves ont terminé avec succès leur scolarité secondaire : deux sont à l’université, l’un pour devenir vétérinaire ou agronome et le second étudie la biochimie.  Nous leur donnons un petit coup de main en complément de la bourse nationale qu’ils reçoivent mais qui est insuffisante pour les fournitures et la nourriture

 

Le troisième, Jean-Baptiste Rukundo, est peintre sculpteur à l’issue de ses trois dernières années de secondaire à l’école d’art de Nyundo. Voici la reproduction de deux de ses œuvres. 

 

2013---JB-Rukundo.png

En outre, Jean-Claude, qui avait suivi un apprentissage dans un garage, est mécanicien et a du travail de manière aléatoire, comme on peut se l’imaginer.

5 élèves attendent leur affectation suite à la réussite de leur examen de fin de scolarité en 2012 : en effet, il se passe une « année blanche » entre la fin des études secondaires et le début des études supérieures dans le système actuel au Rwanda. Les élèves sont dans leur famille et essaient de trouver des petits travaux rémunérateurs.

 Enfin, 9 élèves n’ont pas terminé leur scolarité avec Girubuntu, soit parce qu’ils ont été pris en charge par un autre organisme ou en retrouvant un membre de leur famille, soit parce qu’ils n’ont pas voulu redoubler. 4 d’entre eux n’étaient aidés que partiellement par notre association, c’est-à-dire pour les fournitures seulement

 Sur le plan scolaire, les résultats sont encourageants, tous ou quasi ayant leur moyenne et nombre d’entre eux ayant des résultats très satisfaisants. L’encadrement de Girubuntu avec Mado, Eugène et Alexie quand elle passe au Rwanda est payant.


Comme nous l’avions posé dès le départ, les résultats scolaires sont l’un des buts de Girubuntu  mais nous avons pour ambition de transmettre des valeurs de solidarité, de responsabilité, d’engagement, ce qui nous paraît tout aussi important. Deux actions mises en place par les élèves nous le démontrent :

·         Une caisse de solidarité entre les élèves

Depuis les tout débuts de Girubuntu, les élèves ont décidé d’épargner une petite somme sur l’argent qu’ils reçoivent pour les fournitures pour créer une caisse de solidarité afin de pouvoir donner un coup de main à l’un d’entre eux en cas de besoin. C’est une pratique courante en Afrique, qui prend parfois le nom de tontine. Cette caisse fonctionne bien avec un taux d’intérêt qui est respecté par les emprunteurs : ce peut être pour des médicaments, pour des fournitures qu’ils ont perdues et qu’ils doivent renouveler, etc.

C’est un signe de maturité et un apprentissage de la gestion !

·         Les « anciens » soutiennent les élèves plus jeunes

Alexie puis Mado nous ont régulièrement fait part de la difficulté de suivre les élèves pendant l’année scolaire car, ne choisissant pas leur école, ils sont éloignés les uns des autres ; à cela s’ajoute le fait que les visites ne sont souvent autorisées qu’une fois par mois. Elles peuvent être importantes car elles sont l’occasion d’encourager les élèves dans leur travail et de résoudre des problèmes par exemple en cas de maladie. Depuis la réunion du mois de mai, Mado, Eugène, Alexie qui était de passage au Rwanda, et les élèves qui ont terminé leurs études secondaires ont pris une décision importante : Mado sera secondée par ces derniers pour l’encadrement des élèves ; la répartition a été faite en fonction des lieux d’habitation des premiers et des lieux de scolarité des seconds et chaque élève a désormais son parrain ou sa marraine, nom qu’ils ont décidé de se donner, parmi les « anciens de Girubuntu ».

Ces nouveaux parrains et marraines démontrent ainsi leur engagement dans Girubuntu une fois leurs études terminées, et c’est la chaîne de solidarité que nous souhaitions qui se concrétise. Nous sommes fiers de cette décision, nous confortant dans notre ambition de faire plus que fournir les moyens matériels pour étudier : les réunions et camps que Mado, Eugène et Alexie organisent trois fois par an portent ainsi leurs fruits !

 

Et demain ?

Poursuivre cette belle aventure est pour nous une évidence et pour cela nous avons besoin de vous. Voilà plus de 6 années que certains d’entre vous nous accompagnent, témoignant ainsi d’une grande fidélité à nos objectifs. Nous proposons à tout donateur, et nombre d’entre vous ont répondu dans ce sens, de s’engager le temps d’une scolarité secondaire, soit 6 ans, voire 7 ans en cas de redoublement.

Pour ceux qui se trouvent au terme d’un cycle, nous serions bien entendu heureux que vous puissiez poursuivre avec nous, et nous vous remercions d’avance d’envisager cette continuité.

Pour tous, nous vous remercions de nous indiquer les personnes auxquelles nous pourrions envoyer la présentation de notre association pour les inviter à nous rejoindre.

A tous, merci de votre attention et merci de votre soutien.

 

Bernadette Guyon-Benoite, présidente  -   Isabelle Veyrard, trésorière   -   Madeleine Guillaubey, secrétaire                

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Comment est né Girubuntu ?

De 1982 à 1993, j ’ai travaillé régulièrement au Rwanda, en y créant des liens très forts avec le pays, avec des collègues, avec des amis. C’était mon « deuxième pays natal ». En 1997, Alexie, une ancienne stagiaire et amie m’a écrit de ses nouvelles : un mari tué pendant le génocide, deux enfants, une  implication forte dans une association de « veuves du génocide ». En décembre 2005, nous nous sommes retrouvées comme si nous ne nous étions pas quittées. Avec l’envie toutes les deux de nous investir pour permettre à des jeunes démunis d’étudier et de partager des valeurs humanistes. Nous avons commencé en 2006 et, depuis lors, Mado et Eugène au Rwanda, MadeleineGuillaubey et Isabelle Veyrard en France, nous ont rejointes.


GIRUBUNTU, nom de notre association, signifie « Sois humain avec ton cœur », valeur que nous souhaitons partager et transmettre.

 

Bernadette Guyon-Benoite

Liens